« Parce que c’était lui, parce que c’était moi » Montaigne

La citation dans son contexte

A travers cette célèbre déclaration, Michel de Montaigne évoque son amitié aussi fusionnelle que brève avec Etienne de La Boétie, mort prématurément.

« Dans l’amitié dont je parle, [les âmes] s’unissent et se confondent de façon si complète qu’elles effacent et font disparaître la couture qui les a jointes. Si l’on me presse de dire pourquoi je l’aimais, je sens que cela ne peut s’exprimer qu’en répondant : "Parce que c’était lui, parce que c’était moi" ».

Michel de Montaigne – Essais – « De l’Amitié »

Parce que c'était lui parce que c'était moi, Montaigne, amitié

Les pistes de réflexion

Une rupture de la solitude

Fort heureusement pour nous, la relation amoureuse n’est pas la seule qui vient briser la solitude à laquelle notre singularité semblait parfois nous condamner. L’amitié est une de ces glaces, nous permettant de voir en l’autre sinon une part de soi du moins sa continuité.

Nous sommes une âme, conversant avec elle-même ou dialoguant avec les autres par le biais des codes appris dès l’enfance. Quand soudain, comme par miracle, des âmes amies semblent parler le même langage. Des complices qui voient clair en nous et dont nous percevons instantanément toute l’évidente complexité.

Parce que c'était lui parce que c'était moi, Montaigne, amitié

De l’unicité de cette relation

L’amitié se fait-elle aussi jalouse que l’amour ? La relation que décrit Montaigne avec La Boétie est exclusive, se suffisant à elle-même et ne tolérant pas de double.

« Mais cette amitié qui possède l’âme et la régente en toute souveraineté, il est impossible qu’elle soit double »

Ne sommes-nous pas assez riches d’affection, forts d’empathie et sages de conseils pour offrir notre amitié à plusieurs personnes à la fois ? Notre cœur ne peut-il grossir plutôt que se diviser à chaque nouveau lien ?

Parce que c'était lui parce que c'était moi, Montaigne, amitié

De l’inexplicable attachement

Enfin, toute la beauté et l’originalité de cette citation réside dans cette indicible justification de l’amitié. Montaigne la présente comme une rencontre, brutale, foudroyante, entre des êtres à qui les mots manqueraient pour expliquer rationnellement cette complicité soudaine. Comme s’il existait cette alchimie de l’ordre de l’impalpable capable de rassembler les hommes, capable de nouer des liens presque fraternels même lorsque rien ne les y prédestine.

Pouvons-nous justifier nos amitiés ? Choisissons-nous nos amis ou l’amitié nous choisit-elle ?

Comme l’évoque Montaigne après la mort de son ami, ces amitiés sont aussi rares que précieuses. Hâtons-nous donc de les cueillir, ces véritables amis qui n’aspirent à rien d’autre que de participer à notre bonheur.

Commentaires

  1. Bonjour Iris,

    Je partage ces lignes.

    Il y a 3 ans je ne connaissais pas la définition de l’amitié. Je ne savais pas ce qu’était réellement une amie ou un ami. Je me remettais en question à savoir « est ce que j’en veux réellement ? ».
    J’ai des connaissances que je connais depuis très longtemps mais qui ne sont pas pour autant mes amis…

    Par curiosité j’ai recherché l’origine du mot « ami ». « Selon le TLF, le mot ami correspond à l'emploi passif et souvent actif du verbe aimer. Il s'agit d'une relation qui envisage la réciprocité. L'ami est la personne aimée et qui aime d'un attachement privilégié. Le mot ami s'articule autour du substantif féminin amitié. » Cela confirme ta première phrase Iris : il n’y a pas qu’en relation amoureuse que l’on détruit notre solitude. Nous aimons notre Ami(e).

    Eté 2015, j’ai fait la rencontre de cette jeune femme dont nous n’aurions jamais pensé à une amitié aussi précieuse qu’elle est jusqu’à aujourd’hui. Cette « complicité soudaine » était improbable.
    Conseils, complicité, doutes, joie, colère, larmes, soutien, honnêteté et amour sont les maîtres mots que j’entretien aujourd’hui avec cette personne. J’ai trouvé mon miroir, une personne qui reflète les mêmes principes que les miens (« parler le même langage »). Elle est devenue ma moitié « une part de moi ».

    Cependant, je confirme qu’il y a aussi de la jalousie en amitié. Cela est de plus rassurant quand votre Amie partage ce sentiment de protection et de peur de la perdre…

    Iris, pour répondre à tes questions « Pouvons-nous justifier nos amitiés ? Choisissons-nous nos amis ou l’amitié nous choisit-elle ? » Je pense personnellement que l’on ne prédit pas l’amitié et que c’est l’amitié qui nous choit d‘abord ; après à nous par la suite d’accepter ou non cette amitié.

    Cet hymne à l’amitié je la dédie à cette personne qui se reconnaîtra.
    Ta gentillesse, ton honnêteté, ta beauté, ton intelligence ainsi que ta fidélité sont ses pétales qui font de toi une fleur des plus magnifiques que j’ai cueilli.

    Cogna

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci ma Cogna pour ce magnifique message :)

      Supprimer
  2. "Comme l’évoque Montaigne après la mort de son ami, ces amitiés sont aussi rares que précieuses. Hâtons-nous donc de les cueillir, ces véritables amis qui n’aspirent à rien d’autre que de participer à notre bonheur. "

    Merci encore une fois pour ces bons moments de lecture, de réflexion et de partage....

    RépondreSupprimer

Enregistrer un commentaire